LE TCHAD VALIDE SES ETUDES JURIDIQUES ET SOCIO-ECONOMIQUES SUR LE PPCAII

Les travaux de validations des études, Juridique et Socio-Economique du Tchad, sur le Projet de la Pêche Continentale et de l’Aquaculture en zone CEMAC (PPCAII), ont finalement été validées ce 26 Août 2020, au siège de la CEBEVIRHA, en présence des responsables du Ministère en charge de la Pêche et des partenaires de l’Organisation des Nations Unies  pour  l’Alimentation et l’Agriculture(FAO).

 

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture en zone CEMAC, est sous exploité pourtant, générateur d’emplois et de revenus. Le manque d’harmonisation, l’inadaptation et  l’insuffisance des cadres législatifs et règlementaires restent un frein. Pour Accroître la production de poisson par la pêche continentale et l’aquaculture dans la sous-région, la CEMAC  initie en 1998, le projet PPCA1 et sollicite l’assistance technique de la FAO. Le projet sera soumis en 2000 au Conseil d’Administration du Fond de Développement(FODEC) qui prononcera par la suite,  son éligibilité à ses financements en 2005.

 

 

Après le lancement et  l’exécution de certaines activités, le projet  est confronté aux difficultés dues à l’insuffisance des ressources financières du fond FODEC. Mais quelques années plus tard, les autorités de la CEMAC,  décident de le réactualiser (PPCA2), avec comme Agent d’exécution la Commission Economique du Bétail de la Viande et des Ressources Halieutiques(CEBEVIRHA).

 

 

Face à la faible disponibilité des ressources allouées au PPCA2, la CEBEVIRHA opte pour la réalisation de deux études nécessaires au développement  de la Pêche Continentale et de l’Aquaculture dans l’ensemble des pays de la sous-région CEMAC. La première porte sur l’analyse et l’harmonisation des cadres politiques et juridiques, et l’autre sur l’importance socio-Economique de la Pêche et de l’Aquaculture.

 

 

Après la validation de ces études dans les cinq autres Etats, c’était aux deux consultants du Tchad de présenter leurs différents  travaux au cours de cet atelier. Le premier responsable de la CEBEVIRHA, son excellence Pedro Bayemé Bayemé Ayingono, dans son allocution d’ouverture, a encouragé le Tchad à s’approprier Ces travaux, et d’en faire bon usage : « le PPCA2, dans sa configuration nationale, est issu de la traduction en projet, des contraintes relevées dans les secteurs de la pêche et de l’Aquaculture au Tchad. C’est dont un projet du Tchad et il semble logique qu’il soit intégré dans le plan opérationnel annuel de votre département ministériel ».

 

Il a par ailleurs, rassuré l’Etat tchadien du soutien de la CEBEVIRHA dans ce projet, tout en soulignant qu’une enveloppe d’un montant  de cent quatre-vingt-dix million(190.000.000) FCFA est mise à la disposition de son Institution, dans le cadre de l’organisation de la troisième réunion du Comité de Pilotage (COPIL)  pour la mise en œuvre de certaines activités prioritaires du PPCA2 dans l’ensemble de la zone CEMAC.

 

Le Secrétaire Exécutif a de ce fait,  invité le Directeur Général Technique des Ressources Forestières, Fauniques et de la Pêche, M. Oualbadet Magomna, à présenter durant les travaux du  COPIL qui se tiendront dans les prochains jours, l’impact du  COVID19 sur les activités de la pêche et de l’aquaculture. Et, en réponse aux effets de cette pandémie, un  montant de vingt-cinq million (25.000.000) FCFA sera  mis à la disposition de chaque Etat membre.

 

 

Au sortir de cet atelier, M. Oualbadet Magomna, s’est réjouis de ces études de validation et  souligné qu’elles contribueront à la révision en cours de la loi portant régime des forêts, de la pêche , des faunes et à l’élaboration des documents de politique et de stratégie .

S'il vous plaît suivez et aimez nous:
Posted in Actualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *